La Bièvre au service des parisiens


Lézarts
de la
Bièvre

2003

 

La renaissance de la Bièvre est sortie des rêves. En juillet 2002 les conseillers de Paris ont approuvé, à l'unanimité, le principe de la remise au jour du cours d'eau dans Paris. Conséquence : la Ville lance un concours d'aménagement à l'échelle européenne.

Auparavant plusieurs réunions d'information ont amené dans les mairies du 13ème et du 5ème arrondissement une affluence sans précédent. Les intentions municipales sont celles-ci : mener l'eau de la Bièvre du parc Kellermann à Austerlitz (au lieu de l'expédier à la station d'épuration d'Achères) et la montrer en quatre endroits ; à la Poterne des Peupliers, dans le square Le Gall, au Muséum d'histoire naturelle et au confluent avec la Seine. Au total près de 1400 mètres à l'air libre sur les 5 kilomètres du parcours d'antan, soit 28%. En certains points (aux Peupliers et devant les Gobelins) le ruisseau retrouvera même ses deux bras, supérieur et inférieur, ce qui allongera encore sa partie visible. Le reste sera souterrain mais l'eau sera limpide et sans risque de débordements. Une seule de ces remises au jour sera réalisée avant la fin de la mandature (2007) mais l'ensemble du projet sera dessiné dès cette année.

Objet du concours : comment tirer le meilleur parti urbanistique des travaux d'hydraulique ? Autrement dit, avec la Bièvre ressuscitée, comment améliorer la qualité et le cadre de vie des Parisiens ?

Tel est le nouveau défi.


Accès aux autres chroniques Marc-Ambroise Rendu



| retour vers la page d'accueil |