Randonner le long de la Bièvre : c'est pour demain

Lézarts
de la
Bièvre

2006

 
La Bièvre a toujours excité l'imagination. Même quand elle coule dans un tuyau, sous nos pieds, comme aujourd'hui, entre Antony et le quai d'Austerlitz.

Ainsi, les organisateurs de la Marche de la Bièvre, manifestation annuelle qui dure depuis un quart de siècle, lancent un merveilleux projet. Tracer, sur l'itinéraire de la rivière qu'elle soit à l'air libre ou enfouie, un "sentier de grande randonnée" avec panneaux d'orientation, diverticules vers les gares les plus proches, indication des points remarquables et des lieux de ravitaillement. Un parcours d'environ 35 kilomètres entre les sources, à Saint-Quentin-en-Yvelines, et la capitale. Il pérenniserait la Marche, manifestation sympathique mais trop fugitive. Le sentier de la Bièvre ferait l'objet d'un "topoguide" édité par la Fédération Française de Randonnée Pédestre. Inauguration souhaitée : printemps 2007.

De son côté la municipalité parisienne, faute de pouvoir financièrement tenir ses promesses électorales de réouverture de la Bièvre, avance, elle aussi, une idée : matérialiser dans les rues, le long de l'ancien cours de la rivière, un itinéraire symbolique évoquant l'histoire du ru. Choix de l'architecte qui mettra cela "en musique" : 2007. Exécution des travaux (pour 600.000 euros) : 2008. Enfin, au cours d'un récent entretien, Bertrand Delanoë, maire de Paris, a indiqué que les deux projets précédents n'étaient nullement incompatibles (au contraire) avec une réouverture de la rivière, sur quelques centaines de mètres, dans le parc Kellermann.

En s'obstinant à pister la Bièvre cachée, les amoureux de la rivière finiront bien par la retrouver !


Accès aux autres chroniques Marc-Ambroise Rendu




| retour vers la page d'accueil |